Capture d’écran 2019-09-27 à 20.20.04.pn
Capture d’écran 2019-09-27 à 20.21.18.pn

© mettezdurouge - tous droits réservés - 2013 > 2019

RECEVOIR LA PAROLE

D'UNE VICTIME DE VIOLENCES SEXUELLES

G

En parler... c'est pas facile. A entendre... non plus.

La toute récente prise de parole publique des femmes victimes de violences sexuelles et la

volonté de l'entendre aujourd'hui pose la question de savoir accueillir cette parole au quotidien ;

et on le découvre, recevoir les mots d'une victime de violences sexuelles peut parfois être

aussi difficile à entendre pour nous que pour elle d'évoquer ce vécu.

 

Pour se préparer à cette éventualité, nous vous proposons quelques clefs...

h

1/​ S'informer = connaitre la réalité pour l'envisager sans préjugés 

Vous trouverez ci-dessous un ensemble de liens informatifs :

STATISTIQUES RECENTES FRANCE 

Selon la dernière enquête en date :

(source Fondation Jean-Jaurès & IFOP - février 2018)

voir ici l'enquête complète de 72 pages

12% des françaises ont déjà subi un ou plusieurs viols

43% des françaises disent avoir été victime de caresses

ou attouchements sexuels sans consentement.

Selon la dernière lettre de l'Observatoire National des Violences

Faites aux Femmes (source : enquête "cadre de vie et sécurité" 

INSEE - ONDRP - SSM - SI - novembre 2017) 

voir ici le rapport complet

93 000 viols ou tentatives en France en 2016

= 1 toutes les 6 minutes

9 victimes sur 10 connaissent leur agresseur

72% déclarent que ces violences ont causé des dommages psychologiques importants

UN PEU DE LECTURE

 

Collectif Féministe Contre le Viol

      Brèves consignes pour aider une victime

      Programme de formation

      Accueillir la parole d'une victime en 5 points  (via les Ourses à plume) 

Mémoire Traumatique & Victimologie

      Que faire en cas de violences 

       Mécanismes psychologiques et neurobiologiques psychotraumatiques

       Préjugés sur le viol (via la campagne 2016 : Stop Au Déni)       

Association Mettez du Rouge 

      3 réflexes à connaitre, si vous êtes confronté à un viol

Association Parler 

      suisjeseule@gmail.com une adresse qui propose de mettre en contact des 

       victimes d'un même agresseur au delà de 5 signalements concordants

2/ Entendre = croire la victime & savoir considérer ses émotions avant les notres

Être celui ou celle qui entend sans juger et sans mettre en doute cette parole n'est pas une habitude, nous allons devoir l'apprendre, d'autant + que parfois, selon l'intimité qui vous lie avec la personne qui parle, vous qui recevez cette parole pouvez vous trouver en situation de victime collatérale (Accueillir la parole d'une victime en 5 points  via le webzine les Ourses à plume) . 

Si une personne s'adresse à vous à ce sujet, commencez par prendre en compte qu'elle place une très grande confiance en vous.

Vous êtes face à un défi, celui d'être capable d'entendre sans juger et considérer vos émotions après celles de la personne qui s'adresse à vous.

A moins d'être vous-même formé à l'accompagnement de victimes de violences sexuelles, si la victime fait partie de vos proches, de votre famille par exemple, il se peut que cela génère chez vous des émotions contradictoires qui vous blessent à votre tour et/ou vous mettent en colère. Sachez qu'il est essentiel de ne pas mettre en doute la parole de la victime, pour qui s'adresser à vous a représenté un effort considérable. Prenez sur vous, assurez la de votre soutien et dites lui que vous la croyez et qu'elle n'est pas seule. 

Si vous constatez que vous vous sentez dépassé par le message que l'on vous délivre, faites en part calmement avec des mots simples et neutres : garantissez à la personne la confidentialité de vos échanges, reconnaissez la confiance qu'elle a placé en vous, répétez que vous croyez ce qu'elle vous a confié, expliquez que cela vous émeut de trop et que vous avez besoin de prendre du recul, assurez la que vous ré-aborderez le sujet lorsque vous vous en sentirez capable. Ne culpabilisez pas si vous n'êtes pas prêt à recevoir le message. Proposez lui de l'aider à se mettre en contact avec une association adaptée à son cas. 

N'hésitez pas à prendre conseil pour vous même auprès d'une personne de confiance de votre entourage ou d'une association spécialisée pour savoir comment accepter cette réalité et anticiper d'éventuelles conséquences sur votre propre vie (liste ici) . 

Ne dévoilez pas l'identité de la personne concernée sans son accord.

Prenez en compte que la personne peut changer d'avis et cesser de vouloir vous parler à tout moment.

Ne prenez pas cela comme une attaque personnelle.

Acceptez qu'il y ait des questions auxquelles la personne décide de ne pas répondre.

 

3/ Répondre = des mots choisis & des structures professionnelles adaptées 

La réponse, c'est d'abord d'écouter et de prononcer des mots qui réconfortent. Dans un second temps, votre mission est d'aider la personne qui s'adresse à vous à s'orienter vers une structure d'accueil spécialisée et adaptée à la situation, voir de l'y accompagner si cela vous est possible (liste ici)

La prise en charge des victimes de violences sexuelles et le soutien au quotidien ne doit être effectué que par des professionnels.

Une victime est une personne en position de fragilité, un certain vocabulaire ou des attitudes peuvent la heurter si vous n'y prenez garde. Aussi, choisissez bien vos mots, banissez toute question culpabilisante (par exemple, éviter de lui poser une question sur sa tenue), l'agresseur est le seul responsable d'une agression.

Tentez de ne pas lui couper la parole, de modérer vos expressions et de lui faire comprendre qu'elle n'est pas seule (par exemple préférez une phrase qui commence par "Je te propose de" plutôt que "Il faut que tu").

 

Exemples de mots qui aident :

"Je crois ton histoire"

"Ce n'est pas de ta faute"

"C'est illégal"

Renseignez vous sur les associations adaptées au besoin de la victime dans votre région (liste nationale ici). 

Proposez-lui de l'y accompagner ou de la mettre en relation si vous en avez la possibilité.

Ayez conscience que la personne peut changer d'avis ou cesser de vous parler sans préavis.

4/ Agir = ce que vous pouvez faire

 

VOUS INFORMER 

& COMMUNIQUER 

- Encouragez les personnes autour de vous à s'informer.

- Partagez des post sur le sujet sur vos profils sur les média sociaux.

- Dès que la conversation vous le permet et si vous vous en sentez capables, faites savoir à vos proches que vous êtes prêts à recevoir cette parole, au besoin.

- Avec l'accord de la victime ou sans la nommer, écrire au Procureur de la République en votre nom, en tant que témoin de cette parole qui vous a été adressée (ici un exemple de lettre), c'est un peu une bouteille à la mer mais si plusieurs lettres faisaient mention d'un même agresseur, cela compterait.

ALLER PLUS LOIN

- Soutenir financièrement une association d'accueil de victimes d'agressions sexuelle (même 5€ comptent).

     -  CFCV / association de terrain > Collectif Féministe Contre le Viol donner ici

     -  Planning Familial / association de terrain > accueil de femmes victimes donner ici

     -  AVFT / association de terrain > Association des Femmes Victimes de violences au Travail donner ici

     -  Association Parler / association de terrain > Aider à parler et qua ça compte donner ici

     -  Fondation des Femmes / soutien financier & juridique à des associations de terrain selon projets donner ici  

- Adhérer à une association ou simplement proposer une aide bénévole, même ponctuelle (liste ici).

 

C'EST CADEAU : des visuels à télécharger ou partager sur les médias sociaux

Si l'un d'entre eux vous convient, n'hésitez pas à le diffuser pour aider votre entourage à se préparer à recevoir cette parole

(survolez le visuel pour téléchargez ou partager)

SANCTIONS & PEINES ENCOURUES EN FRANCE

(source www.servicepublic.fr - mars 2018)

- pour une agression sexuelle

         sur majeur voir ici

         sur mineur voir ici

- pour un viol

         sur majeur voir ici

         sur mineur voir ici 

- pour harcèlement sexuel

         sur majeur voir ici 

         sur mineur voir ici 

 
 
 
 

DES APPLICATIONS

flux instagram @mettezdurouge

VIDEO PUB 

1'28'' / application "Hands Away"- TBWA 2018

VIDEO : ce qui se passe dans le cerveau pendant un viol

2'14'' / le journal de la santé 

VIDEO : conséquences psychotraumatiques du viol

24'40'' / entrevue avec Muriel Salmona Psychiatre & présidente de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie

LUC & SARAH       © Martin Savoie pour mettez du rouge